Comment ouvrir sa franchise ?

Comment ouvrir sa franchise ?

Vous souhaitez devenir le gérant d’un commerce ? Avez-vous pensé à la franchise ? Ce système d’organisation d’entreprises vous permet de bénéficier d’un savoir-faire, d’une marque et de certains services rendus par le franchiseur. Dans cet article, découvrez les différentes étapes à suivre pour devenir franchisé.

Franchise commerce open

Les clés pour ouvrir sa franchise

Alimentation, bâtiment, immobilier, technologie informatique, les système des franchises existe dans tous la plupart des secteurs d’activité. A vous de savoir lequel vous convient et de choisir le bon franchiseur. Nous vous conseillons de réaliser une étude de marché pour choisir le meilleur endroit en vue d’une éventuelle implantation. Une fois le franchiseur trouvé, celui-ci doit vous  fournir le DIP (Document d’Information Précontractuelle) qui indique de nombreuses informations sur l’entreprise. Pour ouvrir votre commerce en franchise, vous devez avoir un plan de financement fiable avec un apport personnel qui peut aller de 10 000 à 1,5 millions d’euros selon es projets.

Une fois avoir trouvé votre local et créé votre entreprise vous pourrez signer le contrat de franchise. Dans celui-ci sera notamment fixé le pourcentage des royalties qui seront reversés au franchiseur (en général entre 1 et 15% du chiffre d’affaire hors taxe). Juste avant l’ouverture de votre franchise vous passerez une formation et de l’accompagnement de votre franchiseur.

L’alternative du commerce organisé

La franchise n’est pas à confondre avec le commerce coopératif et associé. Si vous ne souhaitez pas être sous l’égide d’un franchiseur et que vous tenez à votre liberté d’actions, dirigez-vous plutôt vers le commerce associé. Entreprendre ce type de commerce demande plus d’implication : c’est une marque, un savoir-faire, des produits à penser soi-même. Mais elle présente aussi des avantages.

Ce sont des commerces qui mettent leurs compétences en commun pour s’entraider en quelques sortes. Tout en gardant leur indépendance juridique, les commerçants peuvent s’unir afin d’investir dans des structures d’achat et de communication partagées. Le commerce associé aujourd’hui c’est près de 30%  du commerce de détail.