Industrie agroalimentaire

Les industries agroalimentaires

Sécher du poisson ou des fruits, faire fermenter du lait ou du jus de raisin, stocker des grains à l’abri de l’humidité sont des activités universelles pratiquées depuis des millénaires par des groupes réduits: tribus, familles, ateliers artisanaux. Au cours du XIXe siècle, la croissance de ces foyers de production et de traitement est telle qu’elle entraîne la mise en place d’usines employant quelques dizaines, voire plusieurs centaines de salariés. Deux phénomènes principaux ont contribué, en Europe comme aux États-Unis, à l’essor des industries agroalimentaires: l’urbanisation et les conflits militaires.

Implantation des industries agroalimentaires

Implantées le plus souvent en milieu rural, près des zones de production, les industries agroalimentaires, parce qu’elles traitent des produits biologiques périssables, hétérogènes et saisonniers, présentent une très grande variété de structures, de tailles et de résultats économiques. À cette diversité correspond une grande diversité technologique.

Industrie agroalimentaire : l’innovation permanente

L’industrie agroalimentaire propose chaque année des milliers de produits nouveaux, présentés lors de grandes manifestations internationales, comme le SIAL (Salon international des industries alimentaires), qui se tient à Villepinte, chaque année paire, en alternance avec l’ANUGA (Allgemein Nahrungs und Genussmittel Austellung, Salon général de l’alimentation et de la consommation) à Cologne. Parmi les produits nouveaux, certains sont élaborés à partir d’espèces végétales ou animales encore inexploitées ou importées de pays lointains; ainsi les algues, très consommées au Japon, commencent-elles à être exploitées en France et, outre les laminaires, autorisées depuis longtemps, une dizaine d’espèces récoltées sur les côtes françaises peuvent être commercialisées ou introduites dans un grand nombre de préparations.

Laisser un commentaire

*