Quel est le grand principe des théories de la contingence ?

Quel est le grand principe des théories de la contingence ?

La révolution industrielle a vu naître le management, véritable science sociale destinée à mobiliser les ressources humaines et techniques d’une structure afin d’en optimiser le rendement. Au fil du temps, le management a fait l’objet de différentes théories, telles que le taylorisme, le fayolisme, la bureaucratie ou encore le fordisme, chacune apportant sa contribution à ce qui détermine le management d’aujourd’hui. La contingence, qui recouvre les notions d’incertitude et de probabilité, a fait, quant à elle, l’objet de plusieurs théories, donnant même naissance à l’école de la contingence. On parle donc des théories de la contingence. Mais comment se définissent-elles ? Sous quel concept peuvent-elles être réunies ? Gros plan sur le grand principe des théories de la contingence.

Comment se définit la contingence ?

L’environnement de toute entreprise est instable par nature. Soumise de façon continue à la concurrence, quel que soit son domaine d’activité, l’entreprise est également impactée par l’arrivée constante de nouvelles technologies, par la turbulence des conjonctures économiques ou encore par l’émergence incessante de nouveaux impératifs normatifs et réglementaires d’ordre environnemental et écologique. Les techniques de management doivent donc sans arrêt se renouveler pour pouvoir s’adapter à ces différents facteurs et maintenir l’entreprise à un niveau de performance qui lui permet de se pérenniser. De ce fait, une technique de management ne peut être universelle et s’inscrire dans la durée. Elle doit au contraire être capable d’évoluer en permanence et rapidement pour s’adapter à n’importe quelle situation nouvelle. Par ailleurs, l’entreprise est également tributaire de contraintes internes qui varient en fonction de sa taille, de son implantation géographique ou encore de sa culture.

Les théories de la contingence sont issues de ces constats. Une contingence est donc une variable à laquelle l’entreprise est soumise et qui lui est propre. Chaque entreprise en cumule plusieurs, dont elle doit absolument tenir compte pour survivre. Elle doit donc adapter ses techniques de management pour y répondre au mieux et avec le plus de réactivités possible. Aucune solution de management ne peut s’avérer unique et durable, car chaque évolution de l’une des contingences subies par l’entreprise rend la solution obsolète.

Une contingence est donc une contrainte, qui oblige l’entreprise à réagir pour s’y adapter ou pour la contrer.

Lire aussi : Quels sont les indicateurs de sécurité ?

Quel est le grand principe des théories de la contingence ?

Théorisation de la contingence

Une contingence peut donc revêtir bien des aspects. Elle peut être, par exemple, d’ordre juridique, économique, financier, social, environnemental, géographique, climatique ou encore technologique. Quelle qu’elle soit, elle influe inévitablement sur les décisions managériales. Dès les années 50, de nombreuses études menées par divers chercheurs et sociologues ont œuvré à définir et à théoriser la contingence. Chacun a alors exposé sa propre théorie, en fonction des aspects de l’entreprise qu’il avait étudiés et en fonction de ce qu’il avait pu constater lors de ses observations. C’est ainsi que :

  • La contingence technologique et son influence sur la structure organisationnelle ont été analysées par Joan Woodward, chercheuse en sociologie des organisations, qui, de 1953 à 1957, a réalisé des enquêtes dans plusieurs centaines d’entreprises de tailles variées ;
  • La contingence structurelle et les théories de Joan Woodward ont ensuite été approfondies par Paul Lawrence, sociologue américain, et Jay Lorsch, théoricien des organisations ;
  • Tom Burns, sociologue, et George Stalker, psychologue, quant à eux, se sont penchés sur la contingence environnementale, la définissant comme une contrainte déterminante sur la structure et les performances d’une entreprise.

Les théories de la contingence considèrent donc que la structure d’une entreprise est modelée par les contingences auxquelles elle est soumise. L’entreprise doit en effet tenir compte des contingences internes que sont sa taille, sa culture ou les technologies qu’elle utilise, mais l’entreprise doit également prendre en considération les facteurs de contingences externes tels que l’environnement ou le contexte économique. Il revient à chaque entreprise de définir ses propres contingences pour pouvoir les intégrer dans ses techniques de management. Les facteurs de contingence ne sont pas statiques et c’est leur évolution dans le temps qui influence le management de l’entreprise, dans ses décisions comme dans ses actions.

Sources :

plastique (2)
Article précédent La place du plastique dans les industries en 2024